L’urbanisme solaire : vers une nouvelle planification !

  Le meilleur prix pour votre projet en demandant gratuitement 5 devis  

La répartition de l’ensoleillement sur un logement, dépend essentiellement des obstacles placés au sud, et qui peuvent faire de l’ombre en hiver.

C’est pourquoi il est important de planifier, lors de la création d’un lotissement par exemple, le positionnement des parcelles qui permettront un ensoleillement optimal de chaque bâtiment construit.

Un simple découpage de l’espace foncier en parcelles orientées nord-sud plutôt que est-ouest, est déjà une manière simple de réserver des dégagements qui pourront être exploités ultérieurement pour optimiser l’apport solaire.

Sans en avoir l’air, on est en train de créer un nouveau métier et surtout, une nouvelle approche de la construction.

Vers une nouvelle planification urbaine !

De manière générale, il convient de penser la planification urbaine d’aujourd’hui en tenant compte des besoins d’ensoleillement de chaque type de bâtiment : un supermarché n’aura pratiquement pas besoin d’ensoleillement direct, qui générerait d’ailleurs des coûts de climatisation important en été.

Il peut donc être placé dans l’ombre nord d’un bâtiment élevé.

Au contraire, une école, un hôpital, dont les besoins en ensoleillement direct sont prioritaires, doivent être bâtis de façon à profiter du soleil au maximum.

Les économies d’énergie de chauffage d’un bâtiment sont inutiles si ses occupants doivent les dépenser en déplacement supplémentaires.

Un logement économe, un bâtiment public économe, ce sont des édifices situés au bon emplacement, à proximité des emplois, des services et des transports en commun.

De l’administration aux services de l’urbanisme, la planification solaire doit se faire sur planDe l’administration aux services de l’urbanisme, la planification solaire doit se faire sur plan

Des solutions architecturales disponibles

Avec la prise de conscience que les changements climatiques vont nous coûter chers, les solutions architecturales qui sont désormais disponibles pour réduire les besoins de chauffage et les besoins en énergie d’un logement, doivent faire évoluer l’urbanisme.

Si dans le parc des logements anciens, les besoins de chauffage représentent la plus grande part des dépenses énergétiques (presque 200 kWh/m2 habitable), dans les logements modernes, cette dépense s’est réduite à un peu moins de 100 kWh/m2.

Mais on est encore loin des objectifs de la RT2012 qui imposera 50 kWh/m2 au 30 décembre 2012.

On voit qu’avec les constructions nouvelles, il reste de la marge pour appliquer toutes les solutions d’économies d’énergie disponibles dans le cadre du développement durable.

Pour les particuliers, qui ne disposent pas de connaissances techniques particulières, il est nécessaire qu’ils s’appuient sur des professionnels pour envisager des travaux d’amélioration de leur habitat ou la construction d’un nouveau logement.

Il n’existe pas sur le marché, de produits de chauffage solaire clé en main, qui soient adaptable à toutes les situations.

Le premier interlocuteur que vous pouvez contacter pour établir un diagnostic de vos besoins, est l’espace info énergie de votre région.

Pour les particuliers investissant dans des logements performants (maisons passives, bioclimatiques), les besoins de chauffage devenant très réduits, les autres besoins énergétiques reprennent une place importante : eau chaude sanitaire, consommation électrique du bâtiment et lumière, cuisson des aliments.

L’énergie solaire dans sa diversité (Thermique, panneau solaire photovoltaïque) trouve alors toute sa signification.

Avec le chauffe-eau solaire c’est 70 % des besoins d’énergie qui peuvent être réduits.

Avec un choix raisonné dans l’équipement électroménager, c’est 50 % des dépenses qui n’ont plus lieu.

Avec le changement de toutes les ampoules à incandescence pour des ampoules basse consommation ou des LED, c’est aussi plus de la moitié des dépenses d’énergie courantes qui disparaît au profit d’une disponibilité pour des appareils utiles à l’optimisation énergétique du logement (VMC double flux, chauffe-eau solaire à circulation forcée).

En conclusion

L’urbanisme solaire, c’est intégrer l’énergie solaire en préambule de tout développement d’urbanisme.

Ce n’est pas seulement un enjeu de développement, c’est une nécessité.

Prendre en compte les apports énergétiques solaires comme perspective de développement est aujourd’hui hautement souhaitable et vital pour les générations futures.


  Recevoir 5 devis de professionnels de votre région  

Ces articles devraient vous plaire :