L’installation raccordée au réseau

  Le meilleur prix pour votre projet en demandant gratuitement 5 devis  

C’est désormais le cas le plus fréquent lors d’une installation de panneaux photovoltaïques sur un bâtiment.

Plus facile à mettre en place avec l’absence de batteries, plus facile avec les politiques de rachat des énergies renouvelables de l’Etat, dicté par l’engagement de l’Union Européenne, le réseau sert de « réservoir » d’électricité qui est utilisée par tous ceux qui sont raccordés.

En installant un système photovoltaïque raccordé au réseau sur son bâtiment, on réduit sa ponction sur le réseau et on fait des économies, en bénéficiant d’une énergie abondante : le soleil.

Fonctionnement d’un système raccordé au réseau

L’électricité produite par les panneaux solaires placés sur le toit ou au sol dans un cadre, est traitée dans un onduleur spécifique, dit de couplage, avant de l’injecter dans le réseau. Deux choix sont proposés :

  • Injecter la totalité de la production dans le réseau : toute la consommation est comptabilisée dans un compteur électrique spécial qui détaille l’électricité envoyée dans le réseau et l’électricité consommée. Vous payez la différence. Au prix de vente actuel, favorisé par les décisions politiques de l’Etat, c’est l’option financièrement la plus avantageuse.
  • Injecter l’excédent de production dans le réseau : l’électricité emprunte le plus court chemin, c’est donc le consommateur le plus proche (le producteur photovoltaïque) qui en est le premier bénéficiaire. Seul est vendu sur le réseau, le surplus de production comptabilisé par un compteur, dit de vente. C’est un choix plus militant mais un peu moins intéressant financièrement.

Les composants d’un système autonome

  • Les capteurs photovoltaïques : en nombres suffisants, branchés en série avec une certaine puissance suivant les besoins nécessaires ou la surface de toit disponible.
  • L’onduleur de couplage : comme pour un convertisseur-onduleur dans le cas d’une installation autonome, le principe est de transformer la tension continue délivrée par les panneaux en tension alternative. Mais les différences essentielles viennent du fait, qu’étant directement couplé sur le réseau, cet onduleur doit se mettre en phase avec le réseau et la tension d’entrée venant des panneaux photovoltaïques n’étant pas aussi stable que celle venant des batteries, cet onduleur spécial doit donc être agréé par le gestionnaire du réseau, en l’occurrence EDF en France dans la plupart des cas.

Deux compteurs : un pour la consommation, un pour la revente de l’électricitéDeux compteurs : un pour la consommation, un pour la revente de l’électricité

Le coût des composants

Dans un système photovoltaïque raccordé au réseau, il faut séparer le coût de l’investissement et le coût des frais engendrés par le raccordement de l’installation et les autorisations à obtenir :

  • Les capteurs photovoltaïques : il représentent environ 65 à 70% des investissements totaux de l’installation mais ils ne nécessitent presque pas d’entretien et ont une durée de vie de 25 ans minimum.
  • L’onduleur de couplage : il représente environ 12 à 15 % des investissements.

Les spécificités françaises

  • Comme vous dépendez du gestionnaire du réseau vous devez impérativement passer par un installateur, électricien agréé (QualiPV) qui se chargera des démarches administratives qui, pour le moment, en France, sont un vrai parcours du combattant. Cela a un coût : 20 % des investissements pour la pose et environ 4 % du coût des investissements pour les frais de raccordement au réseau.
  • La vente de l’électricité est soumise à une déclaration fiscale, mais la majorité des particuliers est exonéré de taxe.
  • Le tarif d’achat de l’électricité produite est attractif mais fait une différence entre les installations intégrées dans la toiture et les installations en surimposition. Une bonification est appliquée au tarif de rachat si l’installation est intégrée. Cela devient intéressant dans le cadre d’une construction neuve et pensée dans ce sens. Cela n’est pas toujours justifié sur des habitations anciennes, où l’intégration entraîne des frais supplémentaires que la bonification ne couvrira pas.

En conclusion

Une installation photovoltaïque raccordée au réseau est sûrement l’investissement le plus rentable actuellement de la filière solaire par le jeu des subventions, des crédits d’impôt et du prix attractif de rachat de l’électricité produite.


  Recevoir 5 devis de professionnels de votre région  

Ces articles devraient vous plaire :