L’exemple allemand : un réseau ouvert vers les renouvelables

  Le meilleur prix pour votre projet en demandant gratuitement 5 devis  

Lorsque l’on voit les toitures allemandes d’aujourd’hui, on mesure le retard pris en France.

Notre voisin allemand a intégré le photovoltaïque et le solaire thermique depuis longtemps, et sur tout le territoire, les toits se sont parés de capteurs.

Pourtant, l’Allemagne n’a pas la réputation d’être un pays très ensoleillé.

Bien au contraire ! La France est même privilégiée en comparaison.

Voilà qui montre bien qu’une vraie politique ouverte sur les énergies renouvelables est possible.

Le projet 100 % renouvelable

Il y a encore peu, l’Allemagne, par la voix de son gouvernement, a décidé de tourner le dos au nucléaire et de développer les énergies renouvelables.

Et pour cela, le pays s’est donné les moyens !

Il a été mis en place en projet d’alimenter le réseau en permanence, uniquement grâce aux différentes énergies renouvelables, en « collant » à la demande de consommation.

Le réseau consomme en priorité l’électricité éolienne avec le développement d’un parc offshore, et photovoltaïque, avec l’encouragement fait auprès des Allemands pour qu’ils s’équipent en photovoltaïque raccordé au réseau.

Episodiquement, mais prévisible, lorsqu’il y a des pointes de consommation, le réseau est complété par de l’électricité produite par la combustion du biogaz en cogénération, puis par des barrages hydrauliques.

S’il y a surproduction, on arrête le biogaz que l’on stocke alors dans des réservoirs qui peuvent alimenter le réseau de gaz de ville si nécessaire. On arrête ensuite l’hydraulique.

Si le vent surproduit, on en profite pour alimenter des pompes qui remontent l’eau en haut d’un barrage hydraulique, en prévision de la prochaine pointe de consommation.

Résultat : 100 % de la production provient des énergies renouvelables et cela marche pour 12 000 familles.

Le but étant de l’appliquer à toute l’Allemagne.

Objectif 100 % de la production provenant des énergies renouvelablesObjectif 100 % de la production provenant des énergies renouvelables

Les énergies renouvelables : efficaces et riches d’avenir

Le pourcentage d’énergies renouvelables dans la consommation totale en Allemagne est aujourd’hui de 10,6 %, atteignant même 16 % dans la consommation d’électricité.

Ce pourcentage doit passer à au moins 30 % d’ici 2020. Avec près de 20 % de la production globale d’énergie éolienne, l’Allemagne est l’un des champions du monde de l’éolienne derrière les Etats-Unis.

Pour les panneaux solaires photovoltaïque, l’Allemagne vient en tête devant l’Espagne et le Japon avec une puissance installée de 5 400 mégawatts.

Les technologies vertes innovantes en Allemagne ne servent pas qu’à protéger l’environnement.

Elles sont sources de création d’emplois et de compétitivité internationale.

Aujourd’hui, une cellule solaire sur cinq et presqu’une éolienne sur trois en service dans le monde, proviennent d’Allemagne.

En 2009, plus de 300 000 personnes travaillaient dans les énergies renouvelables, auxquelles il faut ajouter un million d’emplois dans les technologies de l’environnement.

Les entreprises de ce secteur ont réalisé un chiffre d’affaire de plus de 16 milliards d’euros et prévoient une croissance d’au moins 10 % par an d’ici 2020.

D’ici cette date, elles envisagent de réaliser 200 milliards d’euros d’investissements.

Tandis que le pétrole, le gaz naturel et le charbon deviennent de plus en plus chers chaque année, l’électricité et la chaleur issues des énergies renouvelables est en baisse.

Les entreprises du secteur prévoient une baisse des coûts de 40 % d’ici 2020. Ainsi, les énergies renouvelables seront compétitives d’ici 10 à 15 ans.

En conclusion

L’Allemagne l’a bien compris, le changement climatique nous coûtera cher : canicules, tempêtes, inondations de plus en plus fréquentes.

Les dommages liés aux catastrophes naturelles pourraient atteindre 2 000 milliards de dollars dans le monde si la température globale s’élève de 1°.

En investissant en masse dans les énergies renouvelables, l’Allemagne a diminué son impact écologique sur les gaz à effet de serre, bien au delà des prescriptions du protocole de Kyoto.

Et nous en France que faisons-nous ?


  Recevoir 5 devis de professionnels de votre région  

Ces articles devraient vous plaire :